Eclairage public : changement d'horaires à partir du 1er avril 2021

17/03/2021

Développement durable

Depuis janvier 2015, une extinction partielle de l’éclairage public est en place de 0h30 à 5h30 sur toute la commune à l’exception de la zone des commerces.

Cette initiative en faveur des économies d’énergie, de la préservation de l’environnement et de la lutte contre la pollution lumineuse a permis de réduire la facture d’électricité de la commune de 12500 € par an, soit 75000 € en 6 ans. Par ailleurs, aucun indicateur n’a révélé d’augmentation de faits répréhensibles ou d’accidents de la circulation, la nuit.

Pour accroitre les bénéfices de cette démarche, et fort de ce retour d’expérience, il a été décidé, lors du conseil municipal du 8 mars 2021, d’étendre les horaires d’extinction de 23h à 6 h à compter du 1er avril 2021, ce qui permettra une économie supplémentaire de 5000€/an.

Cette action s’inscrit également dans une démarche plus globale de rénovation de l’éclairage public, en partenariat avec le Parc de la Chartreuse.

Réduction de l’éclairage nocturne : une démarche responsable

Protéger la biodiversité

Un environnement nocturne est essentiel pour toutes les espèces, notamment parce qu’il contribue à leur bon fonctionnement physiologique et à leur rythme biologique. Éclairer la nuit a donc un effet néfaste sur la faune et la flore. Le développement des éclairages publics participe à la destruction et à la perturbation du cycle de reproduction de certaines espèces nocturnes tout en les rendant plus vulnérables face à leurs prédateurs.

Garantir une meilleure qualité de nuit et protéger la santé humaine

L’alternance jour-nuit est essentielle aussi pour l’homme. L’être humain est un animal diurne, qui a un rythme biologique bien défini : actif le jour et se reposant la nuit. Pour être en bonne santé, ce rythme doit être respecté. Il faut donc prévenir les lumières intrusives la nuit.

Limiter la consommation d’énergie

• Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et les déchets toxiques,
• Pour préserver les ressources naturelles et diminuer la dépendance aux sources d’énergie importées (pétrole, uranium, gaz, etc…).

Respecter la loi et le PCAET (Plan climat air énergie territorial)

En 2009, une première loi, adoptée, suite du Grenelle de l’Environnement, prévoyait que la « prévention, la limitation et la suppression des nuisances lumineuses devaient faire l’objet de mesures ». En 2013, la réglementation impose une réduction des durées d’éclairage superflues pour les façades, vitrines et bureaux non occupés. En juillet 2015, la loi pour la transition énergétique a souligné la nécessité d’une « exemplarité environnementale et énergétique de l’éclairage public », et sa prise en compte dans « un volet spécifique des Plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) ». Enfin, en juillet 2016, la loi Biodiversité mentionne dans différents articles la nécessaire lutte contre les nuisances lumineuses.

Limiter la consommation d’énergie

  • 20% : c’est la part de l’éclairage public dans les dépenses énergétiques d’une commune
  • 50% : c’est la part de l’éclairage public dans la consommation d’électricité de la commune

Newsletter

Vous souhaitez recevoir la newsletter de Saint-Baldoph ?

Cochez ci-dessous et indiquer votre adresse mail.